eglise initiale
ferrette

Château de Ferrette

borne

Borne Mazarin du 17ème siècle

grandeguerre

Friesen pendant la Grande Guerre

Le village aura moins à souffrir des événements ultérieurs : la Révolution, le premier Empire, la Guerre de 1870 l'ont relativement épargné. Par contre, les deux derniers conflits furent moins cléments. La population fut évacuée en mars 1916.

Histoire

carrefour

Au carrefour des voies romaines...

La vallée était probablement occupée dès l'époque néolithique, mais aucune étude systématique n'a été faite à ce jour.

La station romaine de Larga dispersait ses bâtiments autour du carrefour de deux routes: celle qui reliait la vallée du Rhône et la mer Méditerranée par Lyon (Lugdunum), Besançon (Vesontio), Mandeure (Epomanduodurum) à la vallée du Rhin par Kembs (Cambete) et celle moins importante qui longeait la vallée de la Largue. Le site a révélé, outre le caravansérail fouillé peu avant les travaux de construction de la voie ferrée, au début du dernier siècle, un temple circulaire, des bâtiments d'habitation et divers ateliers, dont ceux d'un potier. Larga est l'une des trois stations sundgoviennes mentionnées par les intinéraires romains, avec Uruncis (près de Mulhouse) et Arialbinum (sans doute dans la région de Bâle).

Pendant le Moyen Age Friesen faisait partie de la "mairie de la Largue", qui regroupait une dizaine de villages, administrés par un "maire" nommé par la Seigneurie d'Altkirch. Celle-ci dépendait du comté de Ferrette (devenu Hasbourgeois à partir de 1324). Certains publications citent le château de Friesen. Tout porte à croire qu'il s'agissait d'une "maison forte", mentionnée au début du 14ème siècle, c'est-à-dire d'un bâtiment construit en pierre, protégé par un fossé rempli d'eau. Acquis par l'Ordre de Saint-Jean, il devint une cour franche ou Freihof. Sans doute l'avait-on construit près de la rivière pour pouvoir en utiliser l'eau. La médaille avait un revers: la construction se trouvait en zone inondable!

Les guerres de religion du 16ème siècle ont épargné le Sundgau habsbourgeois et catholique. Par contre Friesen et les trois villages limitrophes formant la paroisse éponyme connurent les horreurs de la Guerre de Trente Ans. A la fin de la guerre, il ne restait que 110 habitants dans les quatre communautés, alors qu'ils étaient 640 auparavant. Ceux qui avaient échappé aux massacres s'étaient réfugiés surtout en Suisse. Le Sundgau devint français en 1648. Louis XIV favorisera l'immigration pour redonner vie au pays dévasté. Dans la vallée de la Largue, la plupart des immigrants fut d'origine helvétique. C'étaient bien souvent des gens fuyant leur pays pour des raisons religieuses (anabaptistes, protestants), politiques ou ou économiques (la survie y était difficile). On trouvera ainsi de nombreux domestiques, bergers, charbonniers, qui sauront très vite s'intégrer et se fondre dans la population autochtone.

haut de page cloture